Le menu Attentat

Un homme s’assied à une table, le serveur vient prendre sa commande :

«

– Bonjour Monsieur, vous avez fait votre choix ?

– Bonjour, parfaitement, je vais prendre le menu 3 plats…

– Très bien, vous prendrez quelle entrée ?

– En entrée je vous prendrais bien le 7 janvier, du lourd dès l’entrée, j’ai un appétit d’ogre…

– Je vous mets un peu d’hyper casher avec?

– S’il vous plait, avec défilé de chefs d’Etat à part, et la main lourde sur la controverse s’il vous plait, j’adore ça !

– Monsieur a bon goût, pour le plat principal qu’est-ce que Monsieur prendra ?

– Monsieur est surtout gourmand, je vais vous prendre le 13 novembre.

– Très bon choix, une portion pour deux peut-être ?

– Pour 130 s’il vous plait.

– La cuisson ?

– Saignant.

– Comme accompagnement indécence médiatique ou émotions surfaites ?

– Vous n’avez plus de comment en sommes-nous arrivés là ?

– Ah non désolé Monsieur, on ne nous la réclame que très peu depuis longtemps, nous n’avons plus rien en réserve… Mais je peux vous mettre la récupération politique à la place si vous le souhaitez.

– Non merci, j’en mange toute l’année j’aimerais changer un peu, mettez-moi les émotions surfaites avec les enfants et les nounours, le goût est neutre d’habitude ça passe plutôt bien…

– Excellent choix, ça se mariera très bien avec un copieux 13 novembre, est-ce que je peux vous suggérer un supplément Bagdad, Orlando ou Dacca ?

– Non merci, ne compliquons pas…

– Parfait, pour le dessert, Euro 2016 ou 14 juillet ?

– 14 juillet.

– Très bien, à la kalachnikov ou au camion ?

– Au camion s’il vous plait, je suis un peu pressé.

– C’est noté, vous réglerez comment ?

– Vous acceptez les libertés individuelles ?

– Désolé Monsieur nous les acceptons que pour nos clients qui participent à notre programme de fidélité Etat d’urgence…

– Ah, sans doute que je reviendrai régulièrement de toute façon, combien coûte cette carte ?

– Elle est gratuite Monsieur.

– Excellent, vous m’en faites une ?

– Avec plaisir, vous pourrez dorénavant payer en libertés individuelles même pour un plat unique.

– Et si je deviens un client fidèle est-ce que vous pourrez recommander pour moi du comment en sommes-nous arrivés là ?

– Malheureusement nous n’avons plus personne pour cuisiner cette sauce, cela me semble compromis, mais si je peux me permettre les arômes se mélangent de toute façon assez mal avec la récupération politique et les émotions surfaites du 13 novembre…

– C’est vous le professionnel, vous avez sans doute raison.

– Vous savez cette sauce n’est plus très à la mode, mais peut-être qu’en écoutant les vieux pots vous saurez faire votre propre confiture comme on dit !

– Ah vous êtes positif, vous me plaisez, je reviendrai avec plaisir…

– Attention ici le chef n’aime pas trop que les gens discutent la recette de ses sauces, vous savez ce que c’est, c’est le chef…

– Tant qu’il se rappelle qui sont ses clients…

»

Cyril